0

Escapades en Bretagne

Posted by Saboly on 16 janvier 2021 in Europe, France, Voyages |

Le lundi matin, Vincent et Fatima reprennent le chemin du travail et nous la route. Merci Vincent, Fatima, Léandro,  Thomas et Julia pour ces formidables moments passés en votre compagnie. Vous nous avez redonné une bouffée d’oxygène dans ce contexte si difficile où tout est fait pour supprimer le lien social. Nous avons besoin de ces moments de tendresse, de bisous et de partage et même si le temps était à la pluie, vous avez mis le soleil dans nos coeurs.

Le soir, nous couchons à Dreux,  avec encore beaucoup de pluie et d’humidité. JP doit voir un collègue à St Jean de Brayes, dans le Loiret pour lui remettre un dossier « Inaltera ». Nous traversons une région qui évoque de sacrés souvenirs. Je suis devenue sapeur pompier professionnelle à Orléans en 1985. Oui, je sais, c’est loin mais tout un tas de lieux me rappellent beaucoup de choses. JP dépose son document vers 16h00 et nous allons sur l’aire de Lailly en Val. C’est une très belle aire avec un étang. Il ne pleut plus et le soleil tente une petite apparition sans grand succès. Le matin, je fais deux fois le tour de l’étang avec Roxy. Je peux le lâcher et lui apprends à ramener la balle. Le temps est plus clément et nous en profitons. Nous ne nous pressons pas…

Nous devons encore passer au Mans voir un ami de Jean-Pierre,  Olivier. Il travaille chez « Loué » et est adjoint de direction, secteur production des oeufs. Nous avons rendez-vous à 17h00 devant son travail. Il fait visiter l’usine à JP et Maman pendant que je surveille nos chiens. Il faut dire que, parfois Roxy a des coups de folie et mène la vie dure à la pauvre Flamme. Nous partons ensuite voir une voiture qu’Olivier rénove entièrement, une Alpine A 310. Il a vraiment le don de redonner aux choses leur aspect d’origine.  Nous allons ensuite chez lui et il nous reçoit comme des princes.

Chez Olivier

Apéro accompagné de tant de bonnes choses que nous n’avons presque plus faim, mais nous ne résistons pas à une délicieuse omelette aux oeufs ultras frais accompagnée de crudités,  vin d’exception sorti du fond de sa cave, fromages, dessert et champagne. Il est passionné d’automobile et sa maison est à son image, vieille pompe à essence « Shell », refaite comme neuve, disque de frein, collection de voitures,  posters, tout reflète sa passion. Nous passons une très agréable soirée qui se finit…à 2h00 du matin. Lui se lève à 6h30, sa nuit sera courte. Pour nous, pas de souci, nous dormons devant chez lui, heureusement car avec le couvre-feu, nous aurions été embêtés. Le réveil est néanmoins un peu difficile mais après un petit tour chez le boucher du coin pour nous approvisionner de rillettes d’oie et d’un plat pour le réveillon,  nous mettons le cap sur la Bretagne.

Il y a une aire de Camping Car Park à le Vivier sur mer, mais il y a déjà trop de camping cars et nous n’avons aucune envie de rester là.  Nous allons un peu plus loin et trouvons un emplacement à Hirel. C’est un peu boueux mais nous arrivons à nous mettre dans un coin dont le sol est en dur. Le matin, tout est gelé mais le soleil est enfin là !!!

Lever de soleil sur la Bretagne

Nous prenons notre temps pour nous préparer.  La mer est partie au loin et nous la regardons en nous promenant sur la lande. L’après midi,  nous allons nous balader vers le Mt St Michel, mais n’allons pas à pied jusqu’au bout. C’est dimanche, il y a beaucoup de monde et en plus, le port du masque est obligatoire, ce qui, pour nous, est dissuasif ! Le soir, nous retournons sur le même emplacement que la veille. Nous prenons la direction de Dinan pour voir notre ami Jean. Il vient de perdre sa femme. Cela fait presque 40 ans que je ne l’ai pas vu. Sa fille Ghislaine est à ses côtes et elle, cela fait au moins 20 ans que nous n’avons pas eu l’occasion de nous revoir… Les retrouvailles sont très émouvantes. Le soir, nous partageons leur repas et dormons devant chez eux.

Le lendemain direction St Malo, très belle ville fortifiée, puis essayons de suivre le bord de mer. Nous faisons halte au Cap Fréhel pour déjeuner et avec JP et les chiens, nous allons faire le tour pendant que maman fait la vaisselle. Il ne pleut pas mais il ne fait pas chaud. Le pluie se remet a tomber à Erquy et nous décidons de passer la nuit à Châtelaudren, près d’un étang.

Aujourd’hui,  le réseau Camping-car Park est très étendu et permet très facilement de trouver des aires sécurisées,  offrant tous les services, eau, électricité,  vidange… De plus, la Bretagne fait une belle place aux camping-caristes et beaucoup de villages offrent au moins des aires de stationnement. C’est une très belle région mais vraiment, le climat, pour moi, ce n’est pas ça !!!! Il y a beaucoup de randonnées,  de circuits à vélo mais quand tout est détrempé cela ne donne vraiment pas envie. Dans Kissouri, notre van, si je rentre pleine de boue ou trempée, ce n’est pas facile… Le lendemain matin, il ne pleut pas et je vais faire deux fois le tour de l’étang avec Roxy. Nous partons vers St Brieuc, où j’étais venue vers l’âge de 12 ou 13 ans mais aucun souvenir ne me revient…. Nous suivons la côte de Goëlo jusqu’à Paimpol, sous la pluie. Une fois posés,  la pluie s’étant arrêtée, nous allons faire un tour en ville en espérant ramener le repas. Manque de chance, c’est lundi et nous rentrons bredouilles. La vieille ville semble jolie et les bateaux sur le port sont illuminés. Nous passons devant l’école des Glenans.

Port de Paimpol

Toute la nuit, la pluie tambourine sur le toit et nous nous réveillons avec elle. Du coup, annulée la balade dans la vieille ville et le tour au marché. Nous suivons la côte de granit rose. C’est un des plus beaux coins de Bretagne pour moi. Nous passons à Plemeur Bodou, observatoire du ciel et centre de communications.

Plemeur Bodou, le radôme

Ensuite, c’est Perros-Guirec,  jolie cité où nous achetons du poisson frais, en face de l’Île aux Moines, Trebeurden,  St-Michel-en-Grève et sa plage magnifique.

La côte nous offre des paysages variés et très sauvages, surtout en cette période de l’année où les touristes sont plutôt rares.

Le soir nous faisons halte à Cléder, exactement à Poulennou. C’est une aire Camping Car Park,  au bord de la mer. Toute la nuit, il tombe des cordes mais au matin, le soleil brille. J’en profite pour aller faire une longue promenade avec Roxy, en suivant le GR 34 malgré l’état des chemins. Depuis le temps que nous prenons de l’eau sur la tête,  bien sûr,  nous avons une infiltration au niveau du lanterneau de la salle de bains. Vous me direz, c’est moins grave que si c’était sur le lit. Néanmoins,  nous cherchons un concessionnaire Rapido et nous avons la chance d’en trouver un à proximité. Personnel très sympathique qui comprend très bien la situation et nous refait le joint immédiatement. Une heure après, nous repartons. Petite halte dans un centre Leclerc pour faire la lessive et quelques courses et la nuit se passe à Le Folgoët. L’aire se situe devant la basilique. Nous sommes deux et avons le choix des places.

Basilique de Le Folgoët

Le matin est tout blanc mais ensoleillé et je vais faire une balade. A midi, nous essayons d’aller chercher des plats à emporter dans un resto du coin mais pas de chance, il fallait réserver. Du coup, nous allons chercher des pizzas qui sont excellentes. Avec trois d’entre elles, nous faisons deux repas.

Nous suivons toujours la côte et le soir, arrivons à Camaret sur mer. C’est un pitoresque village et l’aire de camping car se situe en face des alignements et de plus est gratuite, avec tous les services. C’est une très belle étape.

Balade vers l’ancien manoir de St Paul Roux, écrivain né à Marseille et venu s’installer ici, face à la mer. Il faut reconnaître que sa situation, face à l’océan, est exceptionnelle. La lande s’étend jusqu’à l’eau et le phare, sur la droite veille sur les marins.

manoir de St Pol Roux Camaret sur mer

L’après-midi,  nous allons à la pointe des Espagnols puis à celle de Pen Hir. En rentrant nous allons au port voir les pêcheurs. Nous achetons des coquilles Saint-Jacques et des huîtres, d’une fraîcheur telle qu’elles nous éclaboussent en se refermant, à un agréable mareyeur qui se fout éperdument du port du masque !

Le lendemain, après la promenade matinale, Jean-Pierre ouvre les coquilles Saint Jacques, en se gelant copieusement les mains car il ne fait pas chaud. Nous les poêlons et les accompagnons d’un peu de riz. C’est un véritable festin et nous sommes ravis de déguster ce plat de roi. L’après-midi,  nous partons visiter la pointe du Van, eh oui, normal pour nous non ?

La pointe du Raz vue de la pointe du Van…

Le vent est plutôt frais mais nous voyons aussi la pointe du Raz. Nous allons jusqu’à Audierne,  où au bout du port, un parking très calme est prévu pour les camping-cars. Je sors à 23h00 avec les chiens, la mer est à côté et au matin, elle est repartie…

La balise du port de Audierne

Petite balade matinale sur le port,  en faisant attention de ne pas glisser car tout est bien blanc; repas sur place et tout en poursuivant notre tour de la Bretagne,  nous allons vers Penmarch. Nous trouvons une aire à St-Guenolé. En passant, j’aperçois un resto qui est ouvert. Une fois arrêtée, je vais voir avec Roxy… Il y a tout un tas de monde dehors car c’est un endroit où on peut prendre un verre, dehors et sans s’asseoir, mais c’est tellement agréable d’avoir enfin des contacts, d’autres personnes inconnues à qui parler. Je crois que c’est un des aspects les pires de ce voyage, le fait de ne jamais pouvoir rencontrer des locaux, de ne pas pouvoir discuter avec eux, de se faire un resto… Certains endroits que nous traversons semblent morts, tout le monde a peur et les gens sortent le moins possible. Quel dommage de persister à vouloir tuer le lien social en laissant cinemas, théâtres,  restaurants, cafés, remontées mécaniques… C’est un autre débat que je ne veux pas aborder ici.Revenons donc dans ce sympathique resto où je bois un demi en discutant avec tout plein de gens. Persuadée qu’il fait des galettes salées,  j’appelle JP et Maman qui viennent sur place. Manque de chance, c’est uniquement pizzas et crêpes sucrées. Nous prenons une pizza et Thomas, le patron, nous offre très gentiment trois crêpes de froment pour nous consoler de n’avoir pas eu les galettes de sarrazin.

Le phare d’Eckmühl

De l’extérieur,  nous voyons l’éclat du phare d’Eckmühl,  avec ses 65 mètres de haut, son faisceau porte à 45 km.  La nuit est très calme.

Au matin, le temps est gris mais il ne pleut pas. Grande promenade sur la lande avec Roxy et Flamme et l’après-midi,  nous allons à Rosporden où habitent Ghislaine et Bernard. C’est un hameau et ils ont la dernière maison du bourg. Pour les chiens, c’est un paradis. Le soir, la pluie se met à tomber et le matin n’est pas mieux. Nous les quittons après le repas de midi et partons jusqu’à Pont Aven. Il y a une aire Camping car Park qui nous permet de vider cassette et eaux usées et de remplir l’eau. Il y a aussi une clinique vétérinaire à 500 m de notre emplacement et le lendemain matin,  je vais cherche un comprimé pour Roxy. C’est un vermifuge, qu’il doit avoir tous les mois. J’ai commandé des capsules de café pour notre machine expresso car il est impossible d’en trouver en magasin et nous devons aller à St Yvi. Nous y sommes vers midi et du coup, je demande à l’aimable buraliste qui a reçu notre paquet s’il connaît un restaurant qui fait des plats à emporter. Il me dit de poursuivre notre route sur quelques kilomètres et que nous allons trouver un routier. Nous allons jusqu’à St Evarzec et j’aperçois l’enseigne d’un routier. Je mets mon clignotant et m’arrête sur le parking. JP et Maman vont voir et nous ramènent un festin pour 13,10 euros par personne avec entrée,  plat, fromage,  dessert et boisson. Tout est super organisé et ils ne mettent pas longtemps à revenir. Bravo à ces restaurateurs qui permettent aux routiers de manger correctement midi et soir. Le ventre plein, nous repartons et passons la nuit à Plouharnel,  sur une aire dédiée aux camping-caristes,  à côté d’un immense camping. Je ne voudrais pas y être en plein été mais là,  c’est une immense étendue de dunes et nous sommes face à la baie de Quiberon. Le matin, il bruine, eh oui, je sais, nous sommes en Bretagne et en hiver mais si l’on pouvait avoir 2 ou 3 jours de soleil consécutifs, ce serait bien. Tout est si beau avec le soleil! L’avantage c’est que Roxy peut faire le fou car je le lâche mais au bout d’un moment,  je pense que ce chien est comme moi, il n’a qu’une envie, rentrer au sec…

Baie de Quiberon

En fin de matinée,  le ciel s’éclaircit un peu et nous en profitons pour aller voir les mégalithes car nous sommes dans le coin qui en referme le plus.

Alignements de Carnac

Ce sont des constructions, attachées à un sanctuaire ou des cérémonies, qui sont érigées sans ciment ni mortier. A Camaret sur mer, nous avions vu des alignements et ici entre Carnac et la Trinité sur mer, il y a beaucoup de mégalithes. Les alignements de Carnac sont réputés. Il y a également des dolmens et des tumulus. Tous ces sites sont accessibles gratuitement en cette saison et nous en faisons le tour.

 

Notre tour de Bretagne se termine, mon article aussi du coup, la suite de nos aventures au prochain numéro….

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2014-2021 ecrivaindumonde All rights reserved.
This site is using the Desk Mess Mirrored theme, v2.5, from BuyNowShop.com.