0

Purmamarca

Posted by Saboly on 6 février 2018 in Amérique du Sud, Argentine, Purmamarca, Voyages |

Purmamarca

Pumamarca, en quechua, signifie « lieu de la terre vierge ». Ce n’est pas tout-à-fait vrai car ce joli village, aux maisons en pisé et bois de cactus est en plein essor. Il faut dire qu’il est au milieu d’un défilé rocheux, le « Cerro de Los siete colores » (la montagne aux sept couleurs) qui est inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco.
Nous y arrivons en fin d’après midi. Les rues, en terre battue, sont étroites. Sur la place centrale, se tient un marché artisanal haut en couleurs.

Marché de Purmamarca

Ici, c’est vraiment l’influence des Andes, tant dans l’artisanat que dans la musique. Autour de la place, près de l’église blanche, Santa Rosa de Lima, nous découvrons un arbre qui a 700 ans!
Nous sommes à 2300 m d’altitude et le soir, il fait frais. Nous allons manger dans un restaurant et très vite, un groupe se met à jouer. Il y a deux filles et deux garçons. C’est Willy, qui dirige le groupe, un latino américain typé et très sympathique. Il joue principalement de toutes sortes de flûtes mais aussi de la guitare et d’un drôle d’instrument, composé d’une très longue tige terminée par un cor. Il chante également fort bien.
Nous passons une excellente soirée, très différente de celle de Salta. Ici, déjà les spectacles commencent plus tôt et il règne une ambiance plus familiale. Nous rentrons vers minuit.

Sur la route, avant le col

Le lendemain, nous allons dès 8h30 réserver nos places pour Salinas Grande car l’office de tourisme nous a dit que les départs s’effectuent à cette heure-là. Le chauffeur, lui, nous donne le départ pour 9h30. Du coup, nous nous promenons dans le village et profitons de la lumière pour faire de belles photos. Lorsque nous revenons, il nous dit qu’il faut attendre encore un petit moment car le minibus n’est pas tout-à-fait complet.

Vue sur Salinas Grande

Nous retournons à l’hôtel et trouvons un Français, Alain, et 2 Argentines qui veulent aussi faire l’excursion. Alain monte avec nous et les deux filles partagent un taxi avec 2 autres personnes.
Salinas Grande se situe à une soixantaine de kilomètres de Pumamarca, à l’ouest, sur la route 52, celle qui va vers le Chili. Nous découvrons de magnifiques panoramas sur cette route qui grimpe jusqu’au col de Potrerillos, à 4170 m d’altitude. Heureusement, nous avons des feuilles de coca, ce qui nous permet de ne pas trop ressentir le « soroche  » ( le mal des montagnes ).

Arrivée sur la saline

Nous faisons une pause avant le col, à un mirador pour prendre des photos. Après, la route redescend en lacets pour arriver aux salines, à 3300m. C’est de toute beauté; on découvre tout d’abord, au loin, une immense étendue blanche puis, en se rapprochant, on distingue l’exploitation, les monticules de sel et les bassins. Les montagnes environnantes se reflètent dans ces eaux turquoises. C’est beau ! Nous marchons sur la saline avec l’impression de marcher sur un lac gelé.

Vicky, dans le bassin de la saline…

Alain, à la saline

Des bassins, comme des petites piscines ont été aménagés pour le plus grand plaisir des visiteurs. Vicky et Alain ne résistent pas, mais moi, je me contente d’y mettre les pieds, jusqu’aux genoux. Je ne vous explique même pas dans quel état nous ressortons… Nous sommes pleins de sel ! Oui, normal, mais quand même surprenant quant à la quantité déposée sur la peau.
Après, nous allons manger une « tortilla con queso », en fait, c’est une grosse empanada fourrée au fromage et cuite au feu de bois. Un régal ! En rentrant, nous voyons des guanacos. Nous arrivons vers 14h00 à Pumamarca et allons boire une bière en compagnie d’Alain. C’est un Albigeois qui fait un voyage avec son fils; il est plein d’humour !
Nous allons ensuite faire la promenade qui fait le tour de la montagne aux sept couleurs. Nous avions projeté de la faire à cheval mais ils ne sont pas là aujourd’hui, du coup, c’est à pied que nous faisons la balade. Nous arrivons au village par le cimetière, aux tombes colorées. Le soleil s’est un peu caché et les nuages ont envahi le ciel mais la montagne nous offre quand même différentes couleurs; vert, rose, beige parfois mauve.

La Quebrada de Purmamarca

Retour à l’hôtel pour une douche réellement indispensable, surtout pour nos deux intrépides et ensuite, vers 20h00, nous allons tous, nous les 3 Français et 3 Argentins, manger dans un restaurant où un chanteur se produit. C’est un ami de l’une des deux filles. Encore une très bonne soirée et d’excellents mets!
Nous sommes déjà le 31 janvier. Au réveil, nous découvrons que la pluie est tombée et que les nuages sont très présents. Nous faisons nos sacs et quittons nos amis pour Humahuaca, un peu plus au nord.

 

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2014-2018 ecrivaindumonde All rights reserved.
This site is using the Desk Mess Mirrored theme, v2.5, from BuyNowShop.com.