4

l’île de Negros

Posted by Saboly on 30 janvier 2019 in Asie, Philippines, Voyages |

Nous sommes le vendredi 18 janvier 2019, dans ce fameux ferry que nous avons attendu six heures, en route pour Roxas, sur l’île de Panay que nous atteignons vers 15h00. Nous voulons traverser l’île pour aller au sud, à Iloilo afin de traverser vers l’île de Negros.
Dès la sortie du port, nous prenons un tricycle et filons au terminal Sud. Nous n’avons aucune envie de passer une nuit dans cette grande ville. Juste au moment où nous arrivons, avant le terminal, nous voyons un bus pour Iloilo. Nous avons de la chance d’être aux Philippines car il suffit d’un geste pour qu’il s’arrête. Il aurait suffit de quelques secondes pour que nous le manquions. Panay est une île qui ne nous plaît pas beaucoup. Elle semble très industrielle et, pour nous, n’a pas de charme. Nous sommes obligés de la traverser pour rejoindre ensuite l’île de Negros. Nous arrivons à Iloilo, au sud est, vers 20h00. Un jeepney nous dépose dans le quartier du port. Nous n’avons rien réservé et galèrons un peu pour trouver un hôtel. Plusieurs sont assez glauques ou plus que défraîchis. Finalement, nous allons demander le prix dans un endroit qui nous semble un peu luxueux pour nous. Sans rien demander, la réceptionniste nous dit : « c’est 2400 pesos mais je vous fais une remise à 1600, petit déjeuner inclus », ce qui fait environ 18 euros, pour 2 !  Il est tard, nous tournons depuis un moment. Un regard entre Florian et moi suffit, nous acceptons. De suite, nous sommes soulagés de nos sacs et l’ascenseur pour le 5ème étage nous attend. La chambre est très propre, serviettes, savons, eau fraîche, rien ne manque et le matelas est parfait. Nous avons grand faim, mais pareil, plus beaucoup de restaurants ouverts à cette heure-ci. Il faut savoir qu’aux Philippines, passé 21h00, il est très difficile de manger, hormis dans les fast-food, ce que nous faisons. Une bonne nuit de sommeil, un petit déjeuner et nous voilà repartis pour le port. La journée commence bien, nous prenons les billets pour un ferry rapide qui part dans le quart d’heure qui suit vers l’île de Negros. Il accoste dans la partie occidentale, à Bacolod, sur la côte ouest.
Traversée très calme d’une heure dans un bateau plein de places libres et nous prenons nos aises. Flo se fait même un petit somme allongé…
A Bacolod, nous avons réservé. Je fais l’erreur de ne pas vérifier si l’adresse de Booking correspond à celle de Maps.me, ce qui pour une fois, n’est pas le cas. Nous cherchons un long moment cette guesthouse car nous indiquons une mauvaise direction au chauffeur de tricycle. Ensuite, une fois dans le bon quartier, nous avons beaucoup de mal à la localiser car même les habitants du quartier ne la connaissent pas. Encore une fois, grâce à un Philippin d’une cinquantaine d’années, très complaisant, qui n’hésite pas à nous accompagner et surtout, à demander plusieurs fois aux uns et aux autres, nous parvenons enfin à notre but. Nous commencions vraiment à penser que c’était une arnaque et que nous nous étions fait avoir. Aucun panneau, aucun nom et une adresse dont l’entrée est de l’autre côté de la rue indiquée. « Salamat Sir » (merci monsieur) sans vous, impossible de trouver.
Une jeune femme Phillipine nous accueille et nous montre notre chambre. Il y a un jardin et même une petite piscine. Située en dehors de la ville, dans le quartier Bata, c’est une maison agréable et c’est juste dommage que nous ayons tant galéré pour la trouver. Cela ne semble pas perturber le moins du monde la propriétaire qui nous offre son plus beau sourire mais qui, à première vue, ne prendra pas en compte notre remarque !

La cathédrale de Bacolod

Nous partons vers Bacolod pour découvrir cette ville. En fait, c’est une grande ville et hormis la cathédrale, elle n’a pas beaucoup d’attraits. Nous flânons sur la place car c’est un peu le cœur de ville et elle est animée. Des joueurs de dames s’adonnent à des parties acharnées. Ils nous invitent à quelques parties avec eux. Ils ont une expérience que nous n’avons pas et remportent toutes les parties…
En fin d’après-midi, nous rentrons prendre une douche et manger près de la guesthouse. Le quartier est populaire et il y a plein de petits restos pas chers qui font notre bonheur.
Le lendemain, il pleut et nous prenons un taxi pour aller au terminal de bus qui dessert le Sud. Nous allons à Dumaguete, au sud est de l’île.
L’île de Negros est divisée en deux provinces que sépare une chaîne de montagne ; Negros occidental à l’ouest dont la capitale est Bacolod et Negros oriental, a l’est, dont la capitale est Dumaguete. La limite est une route que nous empruntons et qui traverse l’île d’une côte à l’autre. Pendant plus d’un siècle, Negros a été la « sucrière » des Philippines. Depuis 1850, la plus grande partie des terres est consacrée aux plantations de canne à sucre. En effet, partout des plantations apparaissent tout au long de la route et certaines vieilles maisons coloniales témoignent d’une époque prospère.

Sur la route, en deuxième plan vert clair, la canne à sucre

La route traverse toute l’île et nous permet de la découvrir. Contrairement à Panay, Negros est très agricole et nous séduit beaucoup plus. C’est l’avantage de faire des trajets en bus qui permettent de voir les paysages d’une région. La nuit tombe lorsque nous arrivons à Dumaguete, cité universitaire qui est aussi réputée pour ses sites de plongée, parmi les plus beaux du pays. Le soir, nous assistons à la dernière cérémonie en l’honneur de Santo Niño, sur la place, en face de la cathédrale.

Cérémonie de Santo Niño

La foule nombreuse chante et lève bien haut la figurine, de taille plus ou moins grande, qu’ils ont en leur possession.
Nous passons deux nuits à Dumaguete afin de découvrir la ville. Elle possède quelques bâtiments anciens comme sa tour historique construite en pierre de corail et un immense marché, avec ses allées spécifiques.

Le marché

Ici, les fruits et légumes, le poisson, la viande, les vêtements et même les coiffeurs. J’en profite pour me faire couper les cheveux pour 1 € !

La promenade du bord de mer, le long de Rizal boulevard, est bordée de vieux lampadaires et se prête à la flânerie. Nous allons aussi visiter le musée anthropologique qui expose des objets de la culture Philippine et des Negritos, le peuple de l’île.

La promenade du bord de mer

Le mardi 22 janvier, nous prenons un jeepney pour Dauin, 17 kilomètres plus au sud ouest de Dumaguete. La côte orientale est réputée pour ses fonds sous-marins et je compte bien aller les explorer. Nous avons réservé un hôtel en bord de plage qui est aussi centre de plongée. Nous stoppons devant le chemin qui y mène, grâce à Maps.me, cette application formidable qui donne la position et offre des cartes hors ligne, partout dans le monde.
Après-midi détente, plage et exploration des fonds, car nous sommes à côté d’une réserve marine. Je suis surprise de voir d’aussi gros poissons si près de la plage. Je programme une plongée pour le lendemain matin et nous nous inscrivons pour la sortie de jeudi prévue pour Apo Island. Moi, je ferai trois plongées et Flo du snorkeling.

La tour en pierre de corail de Dumaguete

Mercredi matin, je m’équipe et pars avec Neal, mon moniteur, pour une plongée qui part de la plage. Nous descendons rapidement à 5 m puis le tombant apparaît et nous descendons jusqu’à 20 m. Neal me montre beaucoup de nudibranches, de petits animaux et nous voyons également une murène, cachée dans son trou. Les coraux sont très colorés, les poissons aussi, tels tous ceux des tropiques et je me régale. Comme toujours, je sors de l’eau très détendue . L’après-midi, nous louons un scooter et allons aux sources chaudes. La route qui y grimpe est parfois un peu glissante car pas toujours revêtue et donc boueuse. Nous avons une dépression tropicale qui passe et qui nous génère des pluies.

L’arrivée aux sources chaudes

La veille au soir, il a beaucoup plu.
Nous ne voyons pas l’embranchement et continuons jusqu’à un café, vraiment perdu dans la montagne. Nous n’aurons pas de vue, le brouillard couvre la vallée mais nous buvons le café. C’est du vrai, alors on en profite !
Flo redescend avec le scooter et moi à pied car cette portion de chemin est vraiment mauvaise. Cette fois nous ne ratons pas le croisement. Nous laissons le scooter et descendons vers la rivière. Ce qui fût une rampe, le long de l’escalier, pend lamentablement et donne une impression d’abandon. Aux Philippines, beaucoup d’endroits semblent avoir connu une heure de gloire mais rien n’a été entretenu, faute d’argent ou d’autres choses ?
Lorsque nous arrivons en bas, une odeur de souffre se dégage et la chaleur nous oppresse un peu. L’eau est très chaude. Nous traversons et arrivons à des bassins aménagés. Certains sont vraiment trop chauds mais il y en a deux dans lesquels nous nous baignons avec plaisir.

Les bassins

Tout d’un coup, nous réalisons que nous voulions aller à Malapatay voir l’immense marché du mercredi. Malheureusement lorsque nous arrivons, il n’y a plus que quelques commerçants, en train de fermer. Cette ville est le point de départ des bateaux pour Apo Island et son marché réunit tous les producteurs du sud de l’île qui viennent vendre ici leur produits.

Le port de Malapatay

Dommage, du coup, nous allons boire une bière sur le port puis rentrons tranquillement, non sans oublier de nous acheter une bouteille de rhum et des calamancis (petits citrons) pour l’apéro.
Le jeudi matin, le patron de l’hôtel nous prépare un super petit déjeuner ; pan cakes, pain et confiture de mangues locales, pâtisseries, œufs, rien ne manque. Vers 8h30, nous embarquons et nous dirigeons vers Apo Island.

Apo Island

Une fois sur site, nous nous équipons et descendons voir les merveilles que nous offrent les fonds. Nous ne sommes que trois, sur ma palanquée, et mes trois plongées de la journée comblent toutes mes espérances. La visibilité est supérieure à 10 m et l’eau est claire. Tous les poissons tropicaux, demoiselles, chirurgiens, clowns, tortues, balistes, carangues, perroquets, coraux de toutes les couleurs et en bon état, nudibranches, hippocampes vert et noir sont au rendez-vous pour notre plus grand plaisir. Pendant ce temps, Florian peut observer les fonds et voir lui aussi, des tortues. Pour la dernière plongée, le vent s’est levé et nous avons pas mal de courant. Au retour, nous nous laissons porter.

Un peu de soleil, après la plongée…

Le temps a changé et le bateau bouge beaucoup. Pendant le trajet de retour, tout le monde se met à l’abri car plusieurs vagues ne se gênent pas pour franchir le bastingage. Nous arrivons vers 16 h, ravis de notre journée et là, cerise sur le gâteau, nous pouvons prendre une douche chaude !
J’ai payé l’équivalent de 70 euros pour la journée, trois plongées, le petit déjeuner, le repas de midi et une collation fruits ainsi que le bateau et le matériel, rien à dire, cela reste très raisonnable.

Apo Island

L’hôtel possède un restaurant, situé à deux cents mètres environ, qui sert de très bons plats et nous allons y passer ce dernier soir.
Notre séjour sur Negros se termine. Florian va passer le weekend avec une amie. Nous prenons un jeepney pour rentrer sur Dumaguete. Il dépose son sac à l’hôtel qu’il a réservé et nous allons manger au « Cafe di Roma ». Lorsque nous entrons, je dépose mon sac sur une chaise et un Philippin, assis à une table, cheveux blancs, regard pétillant, applaudit et me dit « tu portes ce gros sac, bravo, tu es costaud ». Je le remercie et nous commandons. Lorsque nous demandons l’addition, nous avons l’immense surprise de découvrir qu’elle est payée. La serveuse nous confirme que c’est le monsieur aux cheveux blancs qui a tenu à régler notre repas et nos bières. Nous en restons cois. Merci gentil inconnu pour ton geste qui nous va droit au cœur. Vraiment, je n’en reviens encore pas.

Départ de Dumaguete, sous la pluie

Il est l’heure pour moi d’aller prendre mon bateau. C’est sous la pluie que je quitte Negros pour Siguijor, l’île des sorcières…

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

4 Comments

  • Cayol dit :

    Très bel endroit endroits « magiques » comme tu as dû te régaler.
    Merci de nous faire partager tout ce dont tu vis. Merci à Monsieur l étranger de t avoir régalé.
    A bientôt ma soeurette.
    Cntinue de bien profiter des gros bisous

  • Chantal leotier dit :

    Quel merveilleux périple !!! Je me suis évadée avec toi, le temps de ton récit….c’est fabuleux…merci pour le partage, merci au monsieur aux cheveux blancs (belle rencontre), profite bien et de gros BISOUS

  • FANCHOU dit :

    CC je vois qu’avec tes plongées tu découvres des sites avec beaucoup de poissons etc … cela me réconforte, la planète n’est pas encore perdue !!! cerise sur le gâteau balnéothérapie dans un paysage magnifique !!! bisous profite de tous ces moments merveilleux à bientôt , je ne me rappelle plus qu’en tu rentres en France (désolée de te poser cette question) bisous

  • Vergès dit :

    Bravo Cathy
    C’est super !
    Profite bien et tu nous raconteras tes belles aventures !
    Au plaisir de te revoir à la chorale !
    Amicalement
    Martine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2014-2019 ecrivaindumonde All rights reserved.
This site is using the Desk Mess Mirrored theme, v2.5, from BuyNowShop.com.