40

Les Pouilles et la remontée de l’Italie en camping car avril 2015

Posted by Saboly on 25 mai 2015 in Europe, Italie, Voyages |

Après une halte à Reggio Calabre pour y admirer les célèbres bronzes, nous prenons la direction de l’est pour remonter vers la région des Pouilles. Nous sommes le 17 avril.

Première halte pour la nuit à Ferruzzano, endroit gratuit avec tous les services. C’est au bord de la plage et plusieurs camping-cars semblent installés ici pour une longue période. ..

Nous repartons le 18 avril après le déjeuner. JP ne peut pas pêcher, le vent s’est levé et souffle fort. Nous remontons le long de la côte Est de Calabre dont nous avions parcouru la côte ouest en descendant. C’est une région assez pauvre et très agricole. Des champs d’oliviers aux troncs énormes s’étendent à perte de vue. Les plages aussi sont immenses, encore sauvages et désertes. La halte du soir est à Ciro Marina, sur le port. Nous allons manger une pizza. « La Rustica » est un établissement qui a ouvert depuis peu. Le cuisinier est un as et il nous fait une immense pizza avec plein d’ingrédients de la région. La patronne va nous chercher du rosé chez le producteur proche du restaurant. Nous mangeons à 3 pour… 9 euros !

Champ d'oliviers

Champ d’oliviers

Le lendemain, nous continuons la remontée de la semelle de la botte italienne. Champs d’oliviers, d’agrumes, plages de sable blanc, dunes, villages déserts, occupés seulement quelques mois par an… Le béton à fait des ravages.

Nous laissons derrière nous, Taranto, ville industrielle avec un port pétrolier et dormons le soir à San Pietro in Bavagna, juste derrière l’église. C’est le moment de la messe et des chants mélodieux nous parviennent. Joli concert avec la mer pour décor!

Gallipoli

Gallipoli

Le 19 avril, nous arrivons à Gallipoli, qui abrite le plus gros port de pêche du Salento, région des Pouilles. Gallipoli fut, à l’époque, le premier port méditerranéen pour le commerce de l’huile. C’est une ville aux maisons blanches, qui abrite une vieille cité joliment aménagée. Il fait malheureusement beaucoup de vent et il n’est pas chaud.

Oui, nous sommes dans les Pouilles, le talon de la botte italienne, bande de terre s’étendant vers la mer avec toutes sortes de plages allant du sable blanc aux côtes rocheuses. Ouvertes sur la mer, les Pouilles conservent les traces de nombreuses invasions et dominations étrangères.

Après la visite de Gallipoli, la pause de midi se fait à Taviana. L’aire de camping-car n’est pas encore ouverte mais nous pouvons vidanger. Nous visitons ensuite Lecce, ville baroque, au style un peu particulier. C’est la terre d’Otrento, cité la plus orientale de l’Italie. Nous sommes dans la région du Salento, riche terre agricole mais aussi terre de vacances, grâce à son littoral, abritant de très belles plages.

San Cataldo

La « Star  » à San Cataldo

C’est à San Cataldo, une dizaine de kilomètres plus loin, que nous décidons de passer la nuit. C’est un parking au bord de mer. Nous sommes seuls et passons une nuit très tranquille le long de sa belle plage de sable blanc. Sur cette partie du littoral adriatique se trouve la réserve naturelle delle Cesine, poumon vert de 620 hectares, qui a principalement été créé pour assainir les marais et combattre la malaria.

Le lendemain, en passant à Brindisi, nous allons nous renseigner des prix de traversées vers l’Albanie et la Grèce. Nous décidons finalement, de remonter jusqu’à Piombino pour aller en Sardaigne et en Corse car nous avons peur de trop courir si nous poursuivons notre voyage par la Grèce

Après un déjeuner sur le port, nous prenons des routes de campagne pour parcourir la vallée de l’Itria. C’est une douce vallée d’oliviers et de vignobles. Elle possède ces habitations si particulières que sont les « trullis ».

Les trullis

Les trullis

Ce sont des maisons rondes, en pierres, aux toits pointus, généralement ornés de dessins faits à la main. On retrouve la croix, l’oméga ou le trident, qui sont des symboles antiques, mystiques et religieux. Cette forme conique date du 17 ème siècle.

Ces « trullis »sont constitués d’une pièce centrale communiquant avec les autres, par des arcades. Elles nous apparaissent dès Martinafranca. Certaines sont très anciennes, d’autres sont rénovées, généralement avec goût. A Alberobello, un quartier entier a été rénové pour les touristes. Devant le nombre de cars arrêtés, nous poursuivons notre route jusqu’à Locorotondo.

Locorotondo

Locorotondo

Situe sur une colline qui domine la vallée, le village s’admire de loin. Il est posé sur un plateau calcaire rond, ce qui lui a valu son nom. Il forme presque un bastion dominant avec ses maisons toutes blanches. Nous passons Fasano et nous arrêtons à Egnazia pour la nuit, sur le port de pêche. Nous sommes toujours seuls et c’est vraiment agréable.

 

Monopoli nous permet de faire une halte technique pour recharger un téléphone avec une formule qui nous permet d’avoir internet sans communication.

Nous poursuivons vers Putignano et Gioia del Colle, célèbre pour sa mozzarella. Nous trouvons la laiterie et bien sûr en achetons. C’est de la mozzarella de vache. Seule la mozzarella de Bufala Campana est celle de buffle. Elle est différente mais délicieuse. Rien à voir avec ce que l’on peut trouver dans le commerce chez nous. Celle-là est roulée et filée en petite boule de taille différente puis ensuite nouée. Elle se vend au kilo.

Gravina in Pouilla

Gravina in Pouilla

Altamura et Gravina in Puglia sont nos prochaines étapes. Cette dernière est un village construit sur des grottes qui servaient de refuges aux habitants lors d’attaques des visigoths et des vandales. La gravina est en fait un canyon au fond duquel coule un ruisseau. C’est tout un monde secret et souterrain qui existe sous cette cité. Certaines de ces grottes sont immenses et possèdent plusieurs pièces.

Le soir, nous faisons halte à Venosa. Le paysage est très vallonné ; toujours beaucoup de cultures et d’oliveraies.

p

Le château de Venosa

Après une nuit très calme et toujours seuls, nous allons visiter l’église Santa Maria de la Trinita, magnifiquement restaurée puis le village de Venosa et mangeons sur l’aire où nous avons dormi. Toujours par des petites routes, nous traversons Melfi, puis Rapolla où nous faisons le plein d’eau et arrivons â Foggia. Nous sommes sur le plateau des Pouilles. Nous redescendons vers Manfredonia et dormons sur un parking en bord de mer, sur la commune de Monte San Angelo. Quelques gouttes de pluie nous réveillent dans la nuit. Le matin est un peu brumeux mais le soleil pointe rapidement son nez. Je vais faire une promenade avec Flamme qui en profite pour prendre un bain… Matinée cool, cartes postales, dessin, mises à jour des photos… puis retour sur Manfredonia pour la poste et le plein de gasoil. Nous passons la nuit à Mattinata dans un Sosta Camper en bord de plage (13€). JP en profite pour démonter le côté de la douche,car nous avons de l’eau dans le coffre. En fait, il n’y a pas de silicone derrière le cache du robinet et l’eau passe le long des tuyaux ! Je vais ensuite faire une longue promenade sur la plage avec Flamme.

Vers 14h30 nous partons vers Monte San Angelo.

Monte San Angelo

Monte San Angelo

Construite sur un promontoire rocheux, cette cité qui a été créée au 11 ème siècle, nous offre une vue imprenable sur le golfe de Manfredonia. Classée patrimoine mondiale de l’Unesco, c’est une des plus grandes villes du Gargano, une des principales régions des Pouilles. D’après la légende, l’Archange Michel serait apparu dans une grotte du mont et aurait donné la victoire aux habitants face aux barbares. A l’époque, devant l’afflux de pèlerins venant rendre hommage à l’Archange, de nombreux refuges furent construits et devinrent ensuite ces maisons si caractéristiques que l’on trouve ici.

Nous faisons halte pour la nuit â Peschici. La côte est superbe, Vieste vaut le détour. Nous sortons des Pouilles et remontons vers Piombino pour traverser vers la Sardaigne.

Nous sommes lundi 27 avril. Nous continuons la route du bord de mer jusqu’à Pescara où nous profitons d’une laverie automatique car la machine à laver n’équipe pas encore notre camping-car… Pendant que les machines tournent, nous allons faire le tour du marché qui est immense et faisons quelques emplettes.

A Roseto d’Abruzzi, nous trouvons une aire gratuite où nous profitons des services puis nous nous posons pour la nuit sur un parking à Alba Adriatica. Ce soir, restaurant typique ! Plein de spécialités locales grâce à un menu à 20 euros. En sortant, surprise, il pleut! Nuit très calme, toujours seuls. Au matin, le temps est maussade. Je vais faire un grand tour à vélo et nous passons une journée tranquille.

Le 28 avril, c’est dans un agritourisme que nous faisons les pleins et vides, sur la commune. Nous achetons fruits et légumes et retournons manger au bord de mer. Nous profitons de wifi gratuit pour envoyer quelques nouvelles… Cette fois, nous quittons la côte adriatique, Nous entrons dans la province des Abruzzes. Nous sommes dans le parc national des monts Sibillini qui commence dans la province de Marche, au croisement de l’Umbria et des Abruzzes. Une route toute neuve et un immense tunnel de plus de quatre kilomètres de long nous permettent d’arriver à Norcia.

La salumeria...

La salumeria…

Une salumeria artisanale a raison de notre gourmandise. Nous y entrons et faisons achats et photos car c’est vraiment extraordinaire. Il y a partout des jambons, des saucissons, des truffes et le tout est fabriqué sur place… Les charcutiers ont un nom prédestiné car ils s’appellent « les frères Ansuini » et en italien, cochons se dit suini. ..

La pluie se remet à tomber et nous nous arrêtons à Piedelvalle, ou plutôt à l’abbaye de San’t Eutizio. Nous sommes tout seuls et vraiment en pleine nature. Nous avons même la visite des carabinieri qui vérifient que tout va bien.

Abbaye de San Eutizio

Abbaye de San Eutizio

Au matin, le soleil est de retour. Nous allons visiter l’église où nous rencontrons le curé, ravi de rencontrer des français. Il parle notre langue car il a passé 4 ans à Paris. Nous retournons vers notre camping-car contents de cet échange. Tout le parc regorge de sentiers de randonnées et il y a même une grande boucle qui se fait en 7 à 9 jours en partant de Visso et en y revenant. Je grimpe le long du sentier pour atteindre le village au dessus. Ce sont des parcours bien balisés en rouge et blanc.

En repartant, nous découvrons une magnifique aire de camping-car à Préci, juste à quelques kilomètres. Il y a l’eau, l’électricité, les vidanges et la possibilité de stationner pour une dizaine de campings- car, avec une maisonnette en dur qui possède douche, lavabo et WC. Tout y est gratuit et se situe au départ des sentiers. Dans le parc de nombreuses activités sont possibles ; parapente, deltaplane, vtt et bien sûr randonnées, qui mènent jusqu’au sommet des Abruzzes. A découvrir…Pour plus d’informations sur le parc, www.sibillini.net

Assisse

Assisse

Nous filons maintenant à travers la botte italienne. Nous passons à Assise sans la visiter mais faisons tout de même quelques belles photos et mangeons en admirant la cité. C’est à l’aire de camping-car de San Quiriquo d’Orcia que nous passons la nuit.

Les paysages ont changé. Ici beaucoup moins d’oliviers et plus de champs cultivés. La plaine de Grossetto nous offre une belle palette de verts. Nous déjeunons autour des remparts de la ville et allons faire une agréable balade dans la cité. Nous sommes le 1er mai et les rues sont désertes. Ici, comme à Assise, les vieilles maisons sont en pierres martelées, ce qui leur donnent un aspect original.

Dernière partie de la route et arrêt avant Piombino dans le parc national de Felonica pour la nuit. Comme le soleil brille le lendemain matin, je vais faire une longue promenade avec Flamme et fais un peu de gymnastique en bord de plage. Nous avons le temps car nous embarquons vers 19 h 30 pour arriver à Olbia le lendemain vers 5h30.

 

Nous avons parcouru 8000km depuis notre départ de France, traversé beaucoup de régions et visité plusieurs d’entre elles, dont la Toscane, les Abruzzes, l’Umbria, la Campana, la Calabre, les Pouilles et la Sicile.

Beaucoup de villes au passé prestigieux, à l’architecture très variée due aux différentes civilisations qui y ont laissé leur empreinte.

Des paysages différents, agricoles, beaucoup d’oliviers séculaires, avec des troncs énormes surtout dans le sud, des vignes et des vignobles donnant des vins aux goûts très différents, des champs d’agrumes… une population accueillante et ouverte, un pays où les camping-caristes ne sont pas mal vus, bien au contraire, des plages immenses et des côtes superbes, parfois un peu saccagées par des constructions, des villages entiers déserts à cette époque de l’année et des fruits et légumes, notamment des oranges, vu que c’est la saison !

Nous n’avons jamais eu aucun problème, avons toujours trouvé de l’eau et des possibilités de vidanger.

 

Pour les camping-caristes qui le souhaitent, je peux fournir les coordonnées GPS des endroits où nous avons fait halte pour la nuit. Il vous suffit de m’envoyer un mail et je vous enverrai la liste.

cathy@ecrivaindumonde.com

Logo

 

Étiquettes : , , , ,

40 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2014-2017 ecrivaindumonde All rights reserved.
This site is using the Desk Mess Mirrored theme, v2.5, from BuyNowShop.com.