1

Cebu, dernière étape de mon voyage…

Posted by Saboly on 12 février 2019 in Asie, Philippines, Voyages |

Après un rapide passage à Dumaguete pour l’extension du visa de Florian, nous passons, de Sibulan au sud-est de Negros, à Lilloan à la pointe sud de l’île de Cebu, au moyen d’un ferry rapide. Trente minutes après l’embarquement, nous posons nos pieds sur l’île.

Notre chambre à MDF Beach resort

Nous avons réservé pas très loin du débarcadère et un tricycle nous dépose devant le portail.
C’est joliment aménagé. Notre chambre est sur la mer. Je prends un bain puis nous nous installons sur les fauteuils, avec une bière pour admirer monsieur l’astre solaire se coucher.

La terrasse pour admirer le coucher du soleil

C’est un très beau spectacle qu’il nous offre, même s’il joue à cache cache avec Negros avant d’avoir totalement disparu.
Le lendemain matin, nous voulions aller nager à la réserve marine située à proximité, mais le vent qui souffle et le temps couvert nous font renoncer. Nous préférons monter vers Moalboal, une soixantaine de kilomètres plus loin.
Nous nous mettons au bord de la route et n’avons pas longtemps à attendre. Un bus jaune de la « Cérès » pointe son nez. Il suffit de faire signe et il s’arrête.

Entre Liloan et Moalboal

Nous longeons la mer. Pas beaucoup de plages, plutôt des rochers et peu d’espace public, une fois de plus !
Nous arrivons vers midi. Un chauffeur de tricycle nous propose une guesthouse pas chère, près de la plage de Panagsama.

Nous voilà dans le tricycle, heureusement, nous ne sommes pas gros !

Nous partons aussitôt avec lui. C’est à 4 kilomètres de la ville et cela nous va bien. Une fois nos sacs posés, nous allons juste à côté, manger un délicieux carpaccio de poisson. Cela faisait très longtemps que nous n’avions pas mangé ce genre de plat. Petit tour à la chambre pour prendre maillots et serviettes et nous allons nous promener, en se renseignant dans les différents centres de plongée car j’espère bien en faire une. Nous allons ensuite nous baigner et je vais découvrir les fonds, qui sont magnifiques, et surtout nager au milieu des sardines.

La plage de Panagsama

Cet endroit est réputé pour son immense banc de sardines à 100 m du bord, et nombreux sont les curieux dans l’eau. Il faut reconnaître que c’est vraiment particulier. Je suis très étonnée de voir que le banc de poissons reste là, malgré le flot de touristes qui, tous les jours, défilent.
Le samedi 2 février, nous louons un scooter pour aller jusqu’aux chutes de Kawasan.

Kawasan Falls

Le temps est couvert et le vent souffle. Lorsque nous arrivons, il y a déjà beaucoup de monde sur le site. Nous ne nous baignons pas, nous n’avons pas assez chaud. Lorsque nous reprenons le scooter, nous cherchons une plage et nous nous retrouvons à Lambug Beach.

Plage de Lambug

Il y a beaucoup de Philippins qui profitent de leur weekend. Il est possible de camper ici, et le soir, ils font la fête. Il n’y a pas beaucoup d’endroits qui proposent à manger car tout le monde amène pique-nique et boissons. Nous mangeons une côtelette de porc grillée au barbecue et buvons une bière. Un couple de Français, Hélène et Jérémy, la trentaine, attirés par l’odeur, s’approchent et nous discutons un moment. Ils ont tout quitté pour un voyage de 6 mois, à travers le monde.
Après le repas, je chausse palmes, masque et tuba et vais explorer le tombant. Il n’est pas aussi fourni que celui de Panagsama, mais je passe une bonne heure dans l’eau à nager et regarder la vie sous-marine. Vers 16 h, nous retournons vers notre guesthouse. Le ciel s’est voilé et de gros nuages couvrent les hauteurs de l’île. Le soir, nous sommes obligés de prendre le parapluie pour aller manger. Les moustiques se régalent et nous sommes obligés de mettre le ventilateur pour les éviter durant la nuit.
Dimanche matin, nous sommes tous les deux enrhumés… adieu la plongée pour aujourd’hui !

White beach

Nous reprenons un scooter et cette fois allons à White Beach. Le soleil brille de nouveau. Nous arrivons sur cette magnifique plage de sable blanc. Nous partons vers la droite, il y a moins de monde. C’est vrai qu’il y a plus de rochers de ce côté là, mais nous trouvons une jolie place abritée du soleil. C’est en fait un endroit aménagé pour les touristes d’un hôtel mais nous posons nos affaires afin d’en profiter aussi.

Un peu d’ombre…

Une fois à l’eau, je n’ai qu’une centaine de mètres à parcourir pour arriver sur le tombant. Je passe un très long moment dans l’eau et j’ai la chance de nager avec des tortues. La faune sous-marine est abondante, de nombreux poissons se baladent dans les coraux multicolores et vraiment c’est un spectacle permanent dont j’ai bien du mal à me soustraire. Ce n’est que lorsque je commence à avoir froid que je vais me réchauffer au soleil. Nous passons ainsi la journée dans ce petit coin de paradis, alternant baignades, lectures et discussions, une journée cool de vacances.

Un coup au soleil, un coup à l’ombre

Vers 17 h, nous allons jusqu’à la pointe de l’île qui abrite un sanctuaire marin. La route est sympa et nous découvrons un bel endroit à louer… Pour cette dernière journée à Moalboal, nous prenons notre temps. Puis finalement, louons un scooter pour explorer un peu le Nord. Nous allons jusqu’à Ronda et, comme le lendemain nous allons suivre la même route, nous faisons demi-tour. Arrêt pour boire une noix de coco et décider si nous allons explorer la montagne ou retourner à la plage. C’est la deuxième solution qui l’emporte. Du coup, nous mangeons un morceau à Moalboal et allons à White Beach, au même endroit que la veille. C’est ma dernière baignade et j’en profite, bien que la mer soit agitée et que le vent souffle. Je pars dans sa direction, en suivant le tombant, cela me permet de faire le retour sans forcer. Au passage, je rencontre trois tortues, à trois places différentes et je nage un moment avec l’une d’entre elles, sans que cela la dérange le moins du monde. L’eau est moins claire et les poissons se cachent plus. Les nuages alternent avec le soleil mais la journée est plutôt belle. Nous rentrons pour regarder le coucher de soleil au bord de la plage de Panagsama en buvant un coup !
Mardi 5 février, nous prenons le bus pour Cebu city. La route longe la mer vers Dumanjug et je me promets d’y revenir, car l’endroit semble très agréable.
Il est plus de midi et demie lorsque nous arrivons au terminal Sud de Cebu city.
Nous prenons un taxi pour l’hôtel que nous avons réservé, privilégiant la proximité de l’aéroport, car pour moi, il est temps de rentrer. Tout au long de la route, nous nous regardons perplexes. Nous traversons des quartiers pauvres, longeons toute la partie industrielle du port et nous arrivons devant la guesthouse par une rue déserte. Le trajet nous coûte quand même 400 pesos, ce qui est assez cher.
Une fois dans la chambre, nous étudions la situation. Nous sommes loin du centre, sur l’île de Mactan, reliée à Cebu par un pont. Mon but est de faire quelques achats et nous ne nous attendions pas à ce que l’hôtel soit loin de tout. Nous cherchons un autre hôtel, plus proche du centre. Tant pis, on perdra l’argent de notre réservation mais cela paraît compliqué autrement. On remet nos sacs sur le dos. Le responsable nous voit et demande, surpris, pourquoi nous partons.
Nous lui expliquons et il dit : « Posez vos sacs, venez, je vous emmène pour trouver ce que vous cherchez ; c’est à cinq minutes, vous trouverez tout dans le coin, ne vous inquiétez pas ». Nous n’avons rien à perdre, au contraire. Nous partons avec lui, bien sûr après avoir remis nos sacs dans la chambre. Effectivement, il nous emmène dans une rue très animée et cela nous remet du baume au cœur. Il semblait encore plus embêté que nous pour l’argent que nous allions perdre en quittant les lieux. Il rentre à l’hôtel et nous restons dans le quartier. Le soir, nous mangeons une pizza dans un restaurant italien puis rentrons. Nous profitons pleinement de cette dernière soirée, buvons du rhum, avec nos calamancis (petits citrons locaux) et lorsque nous allons nous coucher, la nuit est bien entamée.
Évidemment, le mercredi matin, le réveil est plus tardif que d’habitude, mais les vacances, c’est aussi pour cela !  Après le petit déjeuner, nous retournons au centre commercial qui est à proximité. Florian souhaite déposer du linge à laver et surtout s’acheter un téléphone car le sien commence à donner des signes de faiblesse.
Vers 17 h, c’est le cœur gros que nous nous séparons. Merci Florian pour tous ces bons moments partagés et passés ensemble. C’est une belle rencontre qui laisse des liens et qui nous a permis de partager beaucoup.
Je pars pour l’aéroport avec un taxi. L’avion est prévu à 19 h 10 pour une arrivée à 20h15 mais « Filipano time » oblige, l’avion a du retard ! Lorsque j’embarque, il est plus de 20 h ! J’arrive à Manille à 22 h. Heureusement j’ai réservé au Courtyard hotel situé à Pasay, très proche de l’aéroport.
Le temps de manger un sandwich et de boire une bière, il est plus de minuit quand je me couche. Je recommande cet établissement, chambre très propre, personnel très accueillant et petit déjeuner sous forme de buffet, dans le jardin. Je n’ai malheureusement pas profité de la piscine mais le cadre est sympa. Prix du taxi 150 pesos maximum pour l’aéroport.
Voilà, mon voyage aux Philippines se termine ; de belles rencontres, des gens toujours souriants et disponibles même s’ils ne possèdent pas grand chose, des tas d’endroits où je n’ai pas eu le temps d’aller, des coins encore loin des masses touristiques, des plongées magnifiques…
Il faudra que j’y retourne car ce n’est pas un pays qui peut se visiter en une seule fois.

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2014-2019 ecrivaindumonde All rights reserved.
This site is using the Desk Mess Mirrored theme, v2.5, from BuyNowShop.com.